Pendant de longues années, la France a expérimenté en Algérie dans une base militaire secrète des armes chimiques d’une très grande dangerosité. Et ces essais ont été menés avec l’accord des autorités algériennes. Cette base ultrasecrète (nom de code : B2-Namous) était contrôlée par l’armée française et se situait dans le nord de notre Sahara, près de la ville de Beni-Wenif, l’actuelle wilaya de Béchar. Là, les militaires français ont mené, sous leur uniforme puis sous couverture civile, des expériences jusqu’en 1978. À B2-Namous, ils ont testé des grenades, des mines, des obus, des bombes et même des missiles, tous porteurs de munitions chimiques. Ce secret d’État bien gardé a tenu, fait rarissime, pendant des décennies. Dans cette vidéo, il est clairement expliqué que B2- Namous a fait l’objet d’une annexe secrète des accords d’Évian lesquels ont scellé l’indépendance de notre pays. Et aujourd’hui encore, nous ignorons les secrets de ces accords qui ont été publiés incomplets passant sous silence de nombreux enjeux.