Vidéo. Violence/ Les raisons d’une expansion fulgurante

0
428

Le professeur Rachid Belhadj, médecin légiste et expert au ministère de la Justice, tire la sonnette d’alarme concernant la montée fulgurante de la violence dans la société. Pour remédier à cette situation dangereuse, il recommande de revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire l’éducation et l’école.  

 Le Pr Rachid Belhadj a apporté un regard d’expert, hier, lors de son intervention sur les ondes de la radio nationale en expliquant que la violence a pris des proportions alarmantes ces dernières années en s’érigeant comme instrument privilégié pour le règlement de tous les types de différends. Il a mis l’accent sur les violences communautaires, à savoir la formation de groupes se livrant à des actes de violence criminelle.

Pour expliquer ce phénomène inquiétant, le professeur a brossé un tableau de l’évolution de l’acte de violence dans la société algérienne. Pour lui, celle-ci se manifestait dans le passé à travers des «événements sporadiques qui se produisaient lors d’un match de football et qui ne duraient pas plus d’une demi-heure. Mais, les violences communautaires actuelles sont organisées et récurrentes. Les affrontements opposent plusieurs personnes et se soldent par des blessés et parfois des décès ».

En énumérant un certain nombre de solutions pouvant remédier à ce fléau, l’expert a surtout fait référence à une réforme des fondamentaux tels que l’éducation dans le cadre de la famille et l’école. Pour lui, un suivi des enfants par l’école, par les associations et surtout, par les parents est absolument vital et ce, pour neutraliser l’expression de la violence dans sa forme basique: la violence verbale. «La violence peut commencer sous une forme verbale chez l’enfant, mais si on ne le corrige pas, il peut passer à la violence physique puis à la violence criminelle», a-t-il analysé.

 Massi M.