Voici la Deuxième partie de notre enquête exclusive sur les faux Moudjahidines devenus des hauts responsables au sein de notre Etat. Après avoir été condamné à 4 reprises à la prison, privé de son travail, sa retraite et son passeport, Benyoucef Mellouk, ancien responsables des oeuvres sociales au ministère de la Justice et des Moudjahidines, dévoile à Algérie-Focus avec documents à l’appui comment plus de 520 juges et présidents de cours, dont certains sont les frères et cousins de personnages très influents au sein des autres institutions névralgiques de l’Etat, se sont appropriés des privilèges des Moudjahidines alors qu’ils ont été des collaborateurs de colonialisme. Toute la justice algérienne a été noyautée par ces juges faussaires, nous explique Benyoucef Mellouk :