Même s’il continue de se situer dans le camps du pouvoir, Amara Benyounès retrouve, le temps d’un discours, quelques survivances d’opposant. Lors d’un meeting animé à Oran, le président du Mouvement populaire algérien (MPA) demande au gouvernement des décisions «courageuses».

«La situation économique du pays est délicate et exige des solutions  urgentes, courageuses et profondes pour éviter que les problèmes ne s’exacerbent davantage», a-t-il indiqué lors d’une réunion des militants de son parti. Il a également réitéré son souhait de voir s’établir, dans le pays, «une véritable économie de marché». Une politique que les gouvernements successifs n’ont jamais pu mettre en place. Ce qui ne l’empêche pas de rappeler son soutien «indéfectible» à Abdelaziz Bouteflika.

«Nous refusons les discours creux. Il faut des débats politiques  et nous devons apporter des solutions aux problèmes que vit le pays sur tous  les plans. Il faut sortir avec un programme clair qui s’appuie sur des recommandations pertinentes», s’est-il adressé aux militants de son parti.

Ministre durant trois ans, Amara Benyounès apparaît rarement depuis qu’il a été limogé du gouvernement en mai 2015. Mais son parti soutient toujours le pouvoir qui ne «doit être ni un tabou, ni une maladie».

Essaïd Wakli