Après une âpre bataille / Les députés du FLN obtiennent 50% de la prime de départ

0
307

Les députés du FLN se sont battus comme de beaux diables pour sauver leur prime de départ qui a failli être annulée. Face au chantage imposé par les parlementaires, qui ont menacé de boycotter la séance de vote pour la loi de finances 2017, les instances décisionnelles de l’APN ont décidé de juste la réduire de moitié.    

Les masques sont tombés hier à l’intérieur de l’hémicycle. A l’annonce de la décision d’annulation de la prime de fin de mandat, estimée à 260 millions, les députés du FLN ont exercé un véritable forcing pour garder cet ultime privilège. C’est en effet à un véritable chantage que sont adonnés ces « élus » qui ont finalement réussi à obliger le président de l’APN, Mohamed Larbi Ould KHelifa, et le bureau chargé des finances et de l’administration, à juste réduire cette prime de moitié.

Les députés du FLN, populistes comme jamais, ont même eu l’outrecuidance de transformer cette opération en un acte de sacrifice motivé par un profond sentiment de solidarité avec le peuple, dans le cadre de la politique d’austérité. C’est entout cas ce qui a été mentionné dans un communiqué signé par le chef du groupe parlementaire du FLN, Mohamed Djemai, hier lundi.

A l’origine de cette bataille, un appel téléphonique du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, sommant le président du parlement de mettre fin aux bisbilles autour de cette prime qui a indigné les Algériens. Interprétant les propos du Premier ministre comme un ordre implicite de surseoir à la prime, le président du parlement et le vice-président du bureau chargé des finances et de l’administration, Baha Eddine Tliba, ont introduit une mesure de suppression dans le budget 2017. Prenant connaissance de la décision, les députés du FLN et certains autres de l’opposition ont saisi le bureau du président du parlement pour l’informer qu’ils n’allaient pas assister à la séance de vote du projet de loi de finances 2017, si on ne leur octroyait pas 50% de la prime prévue au départ, soit 130 millions de centimes.

Massi M.