Le vainqueur de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) empochera un pactole de quatre millions de dollars. C’est ce qu’a indiqué la Confédération africaine de football (CAF) qui a publié le nouveau barème des compétitions africaines pour la période 2017 – 2020.

La hausse est de 166%, fait remarquer l’instance africaine, puisque auparavant la prime du vainqueur était de 1,5 millions de dollars. Une majoration devenue possible avec la conclusion d’un accord avec la compagnie pétrolière Total, nouveau sponsor de la CAF, en remplacement d’Orange.

L’Algérie ambitionne d’arriver au dernier carré lors de la prochaine CAN qui aura lieu en 2017 au Gabon. En d’autres termes, revenir avec, au moins 1,5 million de dollar, prime du demi-finaliste. Il faut dire qu’au-delà du challenge sportif, remporter une CAN est devenu donc très attractive. La Fédération algérienne de football (FAF), qui se porte déjà plutôt bien sur le plan financier, avec la multitude de contrats de sponsoring signés, notamment avec Mobilis, au point où la FAF avait décidé l’année passée de ne plus recevoir de subvention de l’Etat, alimenterait ses caisses d’un peu plus de 40 milliards de centimes en cas de victoire finale.

A noter que les primes des autres compétitions organisées par la CAF ont également augmenté. Le vainqueur de la Ligue des champions touchera 2,5 millions de dollars. Le finaliste malheureux, 1,25 millions, alors que le quatrième de la phase des poules encaissera 550 000 dollars (près de 5,5 milliards de centimes). Même le Championnat africain des nations (CHAN), consacré aux joueurs locaux, devient intéressant avec une dotation de 1,25 millions de dollars.

Elyas Nour