Profondément déçue par l’accueil des organisateurs des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), l’actrice Bahia Rachedi déplore, en larmes, une humiliation à l’encontre du peuple algérien à travers ses artistes.  

Face à l’objectif de l’artiste Imad Benchenni, Bahia Rachedi dénonce en des termes crus, un comportement indigne de la part des organisateurs de cette manifestation culturelle qui s’est déroulée entre le 28 octobre et le 5 novembre 2016. L’artiste reproche aux autorités tunisiennes, de façon implicite, de ne pas prendre la pleine mesure de ce que représentent les artistes algériens et l’Algérie.

Advertisement

« J’ai l’impression, depuis mon arrivée ici, que la délégation algérienne est délaissée », a-t-elle déclaré, ajoutant que les organisateurs de cette manifestation ainsi que la presse se sont totalement désintéressés du sort réservé aux artistes algériens.

Pour l’actrice, la goutte qui a fait déborder le vase est le traitement tout à fait méprisant envers les artistes algériens qui, selon ses propos, ont été jetés au fond de la salle abritant la cérémonie de clôture de ce festival. « Un endroit sombre », dit-elle, soulignant que les personnes présentes à cet emplacement n’avaient même pas d’invitations.

C’est sur un ton sévère qu’elle s’interroge sur le fait que les organisateurs tunisiens se sont donnés la peine d’inviter des artistes algériens pour ensuite leurs réserver un tel sort ? « Si vous invitez l’Algérie et vous ne donnez pas de l’importance à ses filles et à ses fils, vous avez tout perdu: l’Algérie, son peuple et son gouvernement », a-t-elle conclu.

Massi M.