Les syndicats autonomes ne décolèrent pas. Réunies, aujourd’hui samedi, à Alger, les organisations syndicales de la Fonction publique ont décidé de reconduire le cycle de grèves entamé le mois d’octobre. Des manifestations de rue sont également au programme.

Ainsi, ils ont annoncé un premier débrayage de 3 jours à partir de 21 au 23 novembre. Le deuxième aura lieu une semaine plus tard, c’est-à-dire à partir du 27 jusqu’au 29 novembre. L’intersyndicale va également organiser des sit-in dans toutes les wilayas du pays le 21 novembre, avant de tenir des rassemblements régionaux le 23 du même mois et enfin, un rassemblement national devant l’APN le 27 novembre.

Dans le communiqué rendu public et signé par 12 organisations, l’intersyndicale réitère ses revendications qui se résument en la suppression de la nouvelle loi sur les retraites et la participation des syndicats autonomes aux rencontres de la Tripartite. A cela, les syndicats ajoutent une nouvelle revendication : ils exigent la suppression des poursuites contre les syndicalistes de la SNVI par la direction de la société publique.

Ce cycle de grèves est le second qu’organise l’intersyndicale de la Fonction publique depuis l’annonce de la suppression de droit au départ à la retraite sans condition d’âge. Deux grèves de deux jours chacune ont eu lieu déjà au courant du mois d’octobre dernier.

Face à la montée de la protestation, le gouvernement choisit la fermeté. Il ne compte pas renoncer à ses projets de supprimer le départ à la retraite avant 60 ans.

Essaïd Wakli

Notez cet article