Étrange destin celui d’Issad Rebrab, le premier homme d’affaires en Algérie. Rejeté dans son pays et ralenti par l’hostilité permanente des autorités politiques, le patron de Cevital, le premier groupe privé dans le pays, trouve son bonheur ailleurs sous des cieux plus cléments. L’industriel algérien vient d’être reçu à bras ouverts par le Président de la République du Brésil, l’un des pays émergents les plus puissants et importants dans le monde. 

« Dans le cadre des projets d’investissement du Groupe Cevital au Brésil, j’ai eu l’honneur de rencontrer le Président brésilien Michel Temer. Merci à lui pour son accueil. Je suis enthousiaste à l’idée de développer les activités de notre Groupe dans le pays ». Ce post diffusé par Issad Rebrab sur sa page Facebook n’a pas manqué de susciter  un véritable buzz sur les réseaux sociaux. Les photos de l’homme d’affaires algérien en compagnie du Chef de l’Etat brésilien ont fait le tour de la toile. C’est la première fois qu’un opérateur économique algérien bénéficie d’une telle considération. Un succès qui redore le blason de l’Algérie et confirme tout son potentiel industriel prometteur.

Au Brésil, le neuvième pays le plus riche au monde, Issad Rebrab envisage de développer « une industrie de l’huile végétale (soja et palme) ». Il ambitionne également de commercialiser des produits agricoles brésiliens dans le monde. Et pendant ce temps-là, plusieurs des projets du groupe CEVITAL sont bloqués en Algérie…

Notez cet article