Un projet de création d’une police de proximité sera  prochainement soumis au gouvernement. La finalité d’une telle démarche est de garantir une meilleur sécurité dans les cités et au sein du tissu urbain en perpétuelle expansion.

L’annonce a été faite dimanche en mage de la réunion entre le gouvernement avec les walis. Répondant aux questions de la presse, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a indiqué que le projet portant création d’une police de proximité est prêt et que la prochaine étape consiste à le soumettre au gouvernement.

«Nous avons un potentiel urbain, très vaste, nous avons des cités nouvelles et notre préoccupation est la sérénité de nos citoyens», a-t-il déclaré. La création d’unités de police de proximité est motivée par une nécessité de mettre fin aux activités de banditisme et aux batailles entre gangs rivaux ayant lieu régulièrement dans les cités et quartiers sensibles.

La création de telles unités de police implique nécessairement un changement d’approche de la part du ministère de l’Intérieur qui semble vouloir juguler le «sentiment d’insécurité» et subsidiairement, de prévenir et réduire la délinquance, en transformer l’image de la police pour la rendre plus accessible et plus proche des Algériens, notamment des jeunes.

Rappelons que les violences en milieu urbain ont été au cœur d’un débat organisé, le 26 octobre, par l’Association de protection des mineurs de la délinquance et d’insertion au sein de la société (APMDIS), à Alger. Les experts, notamment des universitaires, des cadres de la police et de la gendarmerie nationale ainsi que des imams, ont été unanimes sur le fait que l’apparition de nouvelles cités représente des foyers potentiels de prolifération de la violence urbaine.

Massi M.