Les formations politiques d’opposition siégeant au parlement se sont montrées, ces derniers temps, particulièrement attentives aux préoccupations de l’intersyndicale concernant la question de la retraite anticipée.

Certaines formations de l’opposition, à savoir le FJD, le FFS et le PT, se montrent particulièrement intéressées par la cause défendue par l’intersyndicale. Après avoir été invités par les trois formations politiques pour exposer leur approche concernant la retraite anticipée, les syndicalistes ont exprimé leur pleine satisfaction pour avoir été «écoutés par des oreilles attentives et surtout compréhensives».

Pour Boualem Amoura, secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), l’accueil chaleureux et l’oreille attentive tendue par ces trois groupes parlementaires, tous issus de l’opposition, est en soi une chose positive, car ces formations politiques tout comme l’intersyndicale souffrent d’une politique de mépris de la part du  gouvernement.

Le soutien apporté pas ces trois formations de l’opposition, en plus du communiqué avec lequel s’est fondu le RCD soutenant et défendant lui aussi les droits des travailleurs, révèlent une prise de conscience, certes tardive, mais, ô combien importante, de créer des synergies entre la classe politique et le monde du travail.

Massi M.