Pour tenter de réduire le nombre de souscripteurs au programme AADL, le ministère de l’Habitat veut « assainir » le fichier national de logements.

Les services du département d’Abdelmadjid Tebboune ont commencé à adresser des convocations aux citoyens soupçonnés de posséder des biens immobiliers ou ayant déjà bénéficié d’aide de l’Etat. Ils sont  appelés à justifier leur situation. Plus, ils sont sommés de choisir entre les deux situations. Un dilemme. Certains risquent même d’être estés en justice.

La démarche du ministère de l’Habitat est, selon toute vraisemblance, soutenue par les services des domaines de l’Etat. Cette administration est la seule à posséder le fichier des citoyens qui disposent de biens immobiliers.

L’AADL a commencé à livrer les premiers logements destinés aux souscripteurs du programme de 2001 et 2002. Pour l’AADL 2, lancé en 2013, la majeure partie des chantiers n’est pas achevée. Sur les 230 000 logements budgétisés, seuls 185 000 ont été effectivement lancés.

L’AADL a réceptionné plus de 455 000 dossiers de citoyens qui ont payé la première tranche pour obtenir un logement dans le cadre du programme AADL2.

Essaïd Wakli