Dans le cadre de la politique de désengorgement des hôpitaux, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière va délocaliser un certain nombre d’examens et de consultations médicales vers les structures de santé de proximité.

C’est le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, qui en  fait l’annonce, ce jeudi, à partir de la wilaya d’Annaba où il supervise les travaux de la rencontre régionale des directeurs de la santé de la région Est. Évoquant le sujet de la pression permanente que subissent les hôpitaux, M. Boudiaf a annoncé que son département va prochainement prendre une décision pour atténuer cet engorgement en délocalisant vers les policliniques, les prestations de consultations et d’examens concernant six pathologies, sans pour autant donner de détails.

Le ministre a également évoqué la nécessité de maintenir la prestation publique en matière de santé ainsi que la gratuité des soins qui est, selon lui, une ligne rouge à ne pas franchir.

A cet effet, il a insisté sur le fait que les ajustements introduits dans le projet de reforme du secteur de la santé ne constituent nullement une volonté de privatisation du secteur comme le laisse à penser ces changements, mais ce sont des mesures visant à améliorer les prestations de ce secteur à travers sa modernisation.

Massi M.