En réaction au message du président de la République à l'occasion du 1er novembre, appelant notamment à la sauvegarde de la stabilité politique, les membres de la CLTD ont réitéré, lors de leur réunion mensuelle tenue lundi 31 octobre, au siège du MSP, leur revendication d'une «transition démocratique négociée», assortie d'une décision surprenante de participer aux prochaines législatives.

Advertisement

Pour les membres de la Coordination pour les libertés et une transition démocratique (CLTD), la stabilité peut être et doit être sauvegardée à la seule condition que le régime en place lâche les commandes et ce, en négociant une «transition démocratique». «L’unique menace à la stabilité du pays est le système politique avec ses pratiques et sa mentalité», estiment-ils.

Par ailleurs et après une vive protestation à propos de l’installation de Haute instance de surveillance des élections, la CLTD amorce un virage à 180° en décidant de prendre part aux législatives. Cette position inconsistante ne peut que creuser d'avantage le fossé entre le peuple et l'opposition, prolongeant ainsi l'espérance de vie d'un régime pourtant totalement obsolète.

Massi M.