Selon une enquête de  l’Office national des statistiques (ONS), l’activité commerciale a enregistré une baisse au deuxième trimestre 2016. Ce recul est dû, selon l’ONS, à  l’indisponibilité des produits, des formalités d’acquisition des marchandises et délais d’approvisionnements relativement longs.

Cette enquête menée auprès de 533 entreprises commerciales tous secteurs juridiques confondus, a révélé que la plupart des entreprises interrogées se plaignent d’un recul notable de leur activité durant le deuxième trimestre 2016. Cette baisse est engendrée, selon l’enquête, par  un phénomène de rupture des stocks. Ainsi, près de 68% des grossistes et plus de 93% des détaillants interrogés relèvent avoir enregistré des ruptures de stocks de produits, notamment pour le commerce des machines et matériels d’équipements.

L’enquête a également révélé que 32% des grossistes et 73% des détaillants interrogés se sont tournés exclusivement vers le secteur privé, principalement ceux de l’agro-alimentaire, des textiles, de l’habillement et des cuirs, des machines et matériel d’équipement pour acquérir leurs marchandises.

En outre, plus de 45% des grossistes et plus de 23% des détaillants se sont approvisionnés auprès des secteurs public et privé à la fois, notamment ceux de la droguerie, de la quincaillerie, de l’électroménager et de la parfumerie.

L’enquête a également révélé une augmentation des prix. Ainsi, 57% des grossistes et près de 92% des détaillants, notamment ceux des combustibles et lubrifiants, des matières premières et demi produits, des textiles et des machines et matériels d’équipements, se sont plaints de ces hausses.

Massi M.

Notez cet article