Le clash entre le président du FCE et le gouvernement, lors du Forum africain de l’investissement, n’aurait pas pour cause une violation du code protocolaire. Selon des sources médiatiques, le FCE serait à l’origine de la présence à ce forum de plusieurs personnalités jugées indésirables par Alger.

Le quotidien El-Bilad, citant des sources bien informées, affirme que le limogeage de l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Bendjemaâ, serait le premier d’une longue série qui touchera des responsables ayant joué un rôle de premier plan dans l’organisation du forum.  Le quotidien révèle que le diplomate à délivré des dizaines de visas à des personnalités invitées par le FCE sans informer le gouvernement. Ainsi, plusieurs personnes ayant assisté à ce sommet, dont  le directeur général d’Africa 24, un média proche du Makhzen marocain, sont considérées par Alger comme ayant des positions hostiles à l’Algérie et leur présence sur le territoire national indésirable.

Une autre thèse est toutefois avancée pour expliquer le débarquement de l’ambassadeur d’Algérie en France. Des sources au fait des affaires du régime soutiennent que ce limogeage est monté de toutes pièces pour propulser Amar Saâdani à la tête de la représentation diplomatique algérienne en France.

Massi M.