Répondant aux questions des journalistes, hier, en marge d’une séance plénière à l’APN consacrée à l’examen du projet de loi relatif au code des douanes, le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, a reconnu que les douanes algériennes ne sont pas épargnées par les affaires de corruption, les qualifiant toutefois de simples dépassements.

Interpellé sur le phénomène de la corruption qui gangrène le corps des douanes algériennes, le premier argentier du pays a reconnu l’existence et la ténacité de ce fléau précisant cependant que des efforts sont faits quotidiennement pour contrer ces pratiques. Toujours à propos de ce phénomène, M. Baba Ammi a souligné que les chiffres ayant trait aux affaires de corruption sont constamment et régulièrement publiés dans la presse, ce qui est, à son sens, une preuve d’une certaine transparence dans la diffusion de l’information. Pour lui, ces affaires de corruption, qui portent préjudice au corps des douanes, ne sont que des dépassements dont les dossiers sont régulièrement présentés devant la justice.

Vraisemblablement embarrassé par la question d’un journaliste sur les montants en jeu dans ces affaires de corruption, le ministre a répondu: «Pourquoi voulez-vous que je vous fournisse ces chiffres ? Pourquoi vous vous consacrez au négatif ? Il y a des choses positives qui ont été réalisées».

Massi M.