Les étudiants du département de Pharmacie de l’université d’Oran sont en grève et adressent un message fort aux autorités lors d’un rassemblement de protestation organisé de manière très symbolique avec une chorégraphie collective. 

Les étudiants sont très inquiets concernant leur avenir et déplorent la mauvaise qualité de leur formation qui porte, par la suite, de graves préjudices à leur futur parcours professionnel. Dans leur plate-forme de revendications, les étudiants réclament l’augmentation du nombre de postes de résidanat dans les différentes spécialités pharmaceutiques. Le nombre dérisoire de ces postes empêchent de nombreux étudiants de présenter un dossier pour obtenir un agrément qui leur permettra ensuite d’exercer la profession de pharmacien. Beaucoup de ces étudiants se retrouvent, en raison de ce problème, contraints de travailler comme de simples vendeurs dans des officines après 6 longues et difficiles années d’études faute de cet agrément.

Les mêmes étudiants réclament des facilitations pour accéder à des emplois dans l’industrie pharmaceutique dont notre pays a cruellement besoin. Ces étudiants demandent enfin aux autorités d’exempter le secteur de l’industrie pharmaceutique des restrictions budgétaires qui paralysent le pays « étant donné que c’est un secteur productif et générateur de richesse », précisent-ils dans leur plate-forme des revendications.

pharmacie-revendications

Notez cet article