Après plusieurs mois de mobilisation des travailleurs, le PDG de la SNVI a finalement été relevé de ses fonctions.  C’est ce qu’indique un communiqué du ministère de l’Industrie et des Mines qui inscrit ce «limogeage» dans le cadre d’autre changements opérés à la tête des groupes industriels publics.  

Pour répondre à la demande des travailleurs de la SNVI qui ont réclamé le départ du PDG et des responsables des filiales, le ministère de l’Industrie a rendu public un communiqué dans lequel il annonce que Malek Salah quitte ses fonctions à la tête de la Société nationale des Véhicules industriels. Mais étrangement, l’homme est promu. Il occupe une autre fonction, à savoir celle de PDG du groupe Getex qui gère les entreprises de textile de l’Etat. En attendant, la SNVI est gérée par un intérimaire, en la personne de Oudjit Nour-Eddine, actuellement président du conseil d’administration de la filiale fonderie de SNVI, précise la même source.

Pour maquiller ce changement, le département d’Abdesselam Bouchouareb a annoncé d’autres nominations dans d’autres groupes industriels publics. Ainsi, M. Djamal Mana, PDG du Groupe Divindus est appelé à assurer la présidence du Conseil d’administration du Groupe ACS, en remplacement de M. Derder Adel. Mais le poste de directeur général de cette entreprise n’a pas été pourvu.

Le Groupe Elec El-Djazaïr est également concerné par ce mouvement avec la nomination de M. Kinane-Daouadji Djillali en tant que DG par intérim en succession de M.Tabelsi Brahim, «admis à la retraite», ajoute le communiqué du ministère de l’Industrie.

Au moins deux intérimaires ont ainsi été nommés. C’est le provisoire qui dure ou s’agit-il seulement de changements opérés dans l’urgence ?

Essaïd Wakli

Notez cet article