Dans le but évident d’élargir son champs d’intervention en cette conjoncture difficile pour les hydrocarbures, Sonatrach se lancera très prochainement dans la fabrication de pneus. C’est le vice-président de l’activité Aval, Akli Remini, qui l’a affirmé hier à partir d’Oran.

Selon ce responsable, l’entreprise compte produire 5 millions de tonnes de pneumatiques par an, un investissement important qui vise à satisfaire le marché national. «Nous allons accompagner le secteur de l’industrie automobile en assurant une production projetée de 5 millions de tonnes de pneumatiques par année», a déclaré Remini.

Advertisement

Il faut dire que le marché est important. En plus des huit millions de véhicules du parc automobile national, plusieurs marques souhaitent suivre l’expérience de Renault en installant dans notre pays leurs propres unités d’assemblages en partenariat avec des industriels algériens. C’est le cas du groupe Tahkout, avec Hyundai, ou alors de Sovac avec Volkswagen, Seat et Skoda. D’autant plus que les autorités conditionnent l’installation de ces unités par le recours à la sous-traitance local, dans la limite du potentiel existant.

Sonatrach est cours de discussion avec plusieurs partenaires étrangers, a ajouté le même responsable. On ne connait pas pour l’heure les constructeurs concernés par cet investissement.

Notons qu’un privé algérien, Iris Sat en l’occurrence, avait annoncé l’année passée un projet de fabrication de pneus, implanté à Sétif. Il devrait entrer en production en 2017.

Pour rappel, Michelin fabriquait pendant de longues années des pneus en Algérie. Mais en 2013, il a mis à l’arrêt son usine algérienne de Bachdjarah. Depuis l’Algérie importe massivement des pneus.

Elyas Nour