Interrogé à propos des milliers d’élèves qui grelottent dans plusieurs établissements scolaires du pays, Nabil Bendedouche, directeur de l’enseignement fondamental au ministère de l’Éducation nationale, a indiqué, lors de son passage, ce dimanche, sur les ondes de la radio nationale, que cela ne relevait pas des prérogatives de son département, mais de celles du ministère de l’Intérieur.

Intervenant pour exposer l’agenda mis en place par le ministère de l’Éducation nationale pour rattraper les retards accusé pour cause d’intempéries dans une vingtaine de wilayas, M. Bendedouche a ouvert une parenthèse afin de dégager la responsabilité de son département, par rapport au manque d’équipement de chauffage. Le responsable a également garanti que son département intervenait «à chaque fois qu’il y avait lieu de le faire».

Se référant au Code communal dans son volet relatif au statut de l’école, le responsable a précisé que sa construction, son équipement, sa gestion et son entretien incombe aux collectivités locales, ajoutant qu’il était impératif de  «situer et délimiter les responsabilités» de chaque partie.

Dans le même sillage, M. Bendedouche a tenu à assurer que la tutelle saisira les services du ministère de l’Intérieur et les collectivités locales pour que «tous les moyens» soient dégagés pour régler cette question, ô combien importante, pour le bon déroulement des cursus scolaires de milliers d’enfants, particulièrement ceux en bas âge.

M.M.