C’est net et précis. L’allocation touristique qui permet aux Algériens de toucher des devises pour voyager à l’étranger ne sera pas augmentée dans un futur proche. Le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, a expliqué ce lundi, lors d’une séance plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN), que l’Algérie a besoin de touristes étrangers pour pouvoir espérer une augmentation de cette allocation touristique. 

Répondant aux députés qui ont fustigé le fait que l’allocation touristique en Algérie ne dépasse guère 15.000 dinars algériens (moins de 130 euros) alors qu’elle est de 2.600 euros en Tunisie et de 3.000 euros au Maroc, il a rappelé que « ladite allocation dans ces pays est alignée sur les recettes de leur secteur touristique ». « Quand nous aurons un secteur touristique fort, nous augmenterons cette allocation », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, selon Mohamed Loukal, le phénomène du marché parallèle des changes est dû à l’existence d’une économie parallèle et à l’évasion fiscale qu’il importe de prendre en charge en permanence. « L’ouverture de bureaux de change ne règlera pas le problème du marché parallèle », a-t-il estimé en dernier lieu.

Notez cet article