Rebondissant sur les propos tenus par Abdelmalek Sellal, qui avait déclaré, en réaction aux émeutes ayant récemment secoué l’Algérie, que «notre pays ne connaît pas de printemps arabe… et qu’il s’apprête à fêter Yennayer»,  le chef du groupe parlementaire de FFS, Chafaâ Bouaiche à lancé un défi au Premier ministre l’invitant à passer à l’acte en proclamant le 12 janvier fête nationale chômée et payée.

Dans une correspondance adressé au Premier ministre, Chafaâ Bouaiche, chef du groupe parlementaire du FFS à l’APN, a invité, le patron du gouvernement à passer à l’acte en officialisant Yennayer. «Chiche Monsieur Sellal, reconnaissez Yennayer pour marquer vraiment cette authenticité algérienne qui nous dispense d’aller chercher nos printemps ailleurs», a-t-il écrit, soulignant que le chef de l’exécutif, qui s’exprime au nom du gouvernement, ne peut prétendre célébrer une date sans la reconnaître officiellement.

yannayer-correspondance-de-bouaiche-a-sellal

Le député FFS a indiqué que des tentatives ultérieures d’officialiser Yennayer sont restées lettre morte. M. Bouaiche a, ainsi, évoqué la proposition de loi portée par son parti en 2014, visant à officialiser Yennayer et reconnaître la date du 12 janvier comme jour de l’an amazigh. Malgré la validation de cette proposition par les deux chambres du parlement, aucune suite n’a été donnée par le gouvernement d’Abdelmalek Sellal.

 Massi M.

Notez cet article