Intervenant, mardi, au forum du quotidien Ech-Chaâb, le président du Haut conseil islamique (HCI), Bouabdellah Ghlamallah, a tenu des propos aussi inattendus que graves. Il a affirmé que président Boudiaf «a été assassiné par ceux-là même qui l’ont ramené».   

Intervenant au forum du quotidien Ec-Chaâb, qui a organisé un débat sur le système éducatif algérien, hier, à Alger, l’ex-ministre des Affaires religieuses, Bouabdellah Ghlamallah, a jeté un véritable pavé dans la mare. Décrivant la descente aux enfers de l’école algérienne depuis les années 90, M. Ghlamallah a accusé ceux qui ont tué le défunt président Boudiaf. «Ceux qui ont ramené le président Boudiaf lui ont fait dire que l’école était sinistrée. Il ne s’est passé une semaine que ceux-là même ont fini par le tuer», ajoutant que c’est «depuis l’assassinat de Boudiaf, que l’école est sinistrée et n’a pas encore retrouvé sa voie».

M.M.

Notez cet article