Le sort d’un ressortissant algérien prénommé Mohamed B., âgé de 41 ans, a provoqué une véritable dispute entre la justice et les autorités politiques en Belgique. 

Surveillé par les services de renseignements belges pour des liens avec le terrorisme, un juge a, toutefois,  interdit son expulsion vers l’Algérie, rapportent les médias bleges Het Laatste Nieuws et De Morgen. Cette décision de justice a suscité le courroux du secrétaire d’État belge à l’Asile et à la Migration, Theo Francken lequel a qualifié cet Algérien d’«individu dangereux».

Selon les mêmes médias belges, Mohamed B. est soupçonné de liens avec le terrorisme s en raison de son épouse, de nationalité néerlandaise. « Elle a été voici trois ans, alors qu’elle avait 24 ans, la première femme revenant de Syrie à avoir été arrêtée en Belgique. Elle avait été condamnée à une peine de prison et expulsée », expliquent les mêmes sources. Ce ressortissant algérien est détenu depuis deux mois au centre fermé de Vottem, près de Liège, en vue de son expulsion vers l’Algérie. Invoquant une maladie, il a introduit une requête unilatérale pour s’opposer auprès du tribunal de première instance de Liège. La justice lui a donné raison et son expulsion a été annulée.