Une année après sa consécration comme langue officielle en compagnie de la langue arabe, tamazight ne trouve toujours pas sa place dans le vie nationale. Une situation qu’a regrettée le secrétaire général du HCA (Haut commissariat à l’amazighité), Si El Hachemi Assad, lors d’une rencontre avec la presse.

Le responsable de l’institution étatique constate, comme beaucoup de militants et d’observateurs, que la grande mesure annoncée dans le changement constitutionnel de février 2016, à savoir la création d’une académie de langue amazighe, n’a pas trouvé de concrétisation sur le terrain.

Parmi les ratés, Si El-Hachemi Assad cite l’exemple de l’éducation qui, malgré les efforts accomplis par Nouria Benghebrit, n’arrive pas à permettre aux millions d’Algériens d’apprendre cette langue dans les écoles publiques. Il en est de même pour l’environnement. En dehors de la Kabylie et certaines autres localités, tamazight n’a aucune visibilité dans l’espace public.

Par contre, le HCA a marqué cet évènement avec l’émission d’un timbre en tamazight. Ce produit va être commercialisé dans toutes les postes du pays au prix de 25 DA, annonce Algérie Poste dans un communiqué.

Essaid Wakli

Notez cet article