L’Union sportive de la médina d’Alger (USMA) se voit, une nouvelle fois, secouée par un scandale où se mêlent drogues et alcool. Après la suspension de l’attaquant Youcef Belaïli, épinglé par la commission de discipline de la Fifa pour dopage et usage de drogue dure (cocaïne), en mars dernier, le club se retrouve une nouvelle fois confronté au fléau des substances et produits prohibés.

Une campagne d’inspection inopinée, instiguée par le président du club, Rebouh Haddad, à l’occasion d’un stage en Tunisie, en janvier dernier, a permis de révéler une atmosphère de débauche et un comportent irresponsable au sein des joueurs ayant déteint sur les performances du club.

Advertisement

Décelant un comportement agressif chez l’un des joueurs émigrés du club, M. Haddad, a instruit l’entraîneur adjoint, Mohamed Hamdoud, de fouiller les chambres de tous les joueurs, ce qui a permis de mettre la main sur des drogues et une quantité considérable de boissons alcoolisées, notamment chez les binationaux.

Après avoir soumis l’intégralité des joueurs à un bilan de dépistage, la direction du club a été stupéfaite d’apprendre que la majorité de ses joueurs étaient addicts aux stupéfiants et aux boissons alcoolisées. Première réaction de M. Haddad, imposer des sanctions financières contre deux binationaux, parmi lesquels Rafik Bouderbal qui a décidé de quitter l’USMA après avoir refusé de rendre des comptes.

Pour expliquer cet état de dégénérescence dans lequel se trouve le club actuellement, une source « indiscrète » a indiqué au quotidien El Khabar que la situation qui prévaut au sein du club actuellement, est née avec l’arrivée de  Mohammedi Boudjemaâ au poste de manager général.  Ce dernier «fait la pluie et le beau temps en titularisant des joueurs qu’il a lui-même recrutés en exigeant des contreparties»,  ajoutant que «les dépassements enregistrés ces derniers temps ont quasiment tous été commis par ces mêmes joueurs avec lesquels il se montre plus que clément».

Massi M.