Des caméras de surveillance seront installées prochainement aux abords des écoles situées dans les quartiers difficiles. L’objectif annoncé est de protéger les élèves de la violence.   

La ministre de l’Éducation nationale, Mme Nouria Benghebrit, a annoncé lors d’un point de presse en marge de l’ouverture de la semaine maghrébine de la santé scolaire et de la prévention de l’obésité, à l’école Abane Ramdane, à Aïn Benian (Alger), hier mardi, que des écoles situées dans des quartiers difficiles vont être équipées de caméras pour surveiller les abords de ces établissements où sévissent des délinquants en tout genre.

Répondant aux interrogations des journalistes, la ministre a estimé que «cette mesure proposée par les parents d’élèves pourrait être appliquée aux abords de certaines écoles, mais pas en leur sein», précisant que le ministère fera bientôt connaître la teneur de la méthode retenue pour lutter contre le phénomène de la violence dans les écoles.

Il faut souligner que la proposition, portée et défendue par les associations de parents d’élèves, a trouvé écho au sein du département de Mme Benghebrit qui a, dans un premier temps, laissé entendre que le dispositif couvrira l’intérieur et l’extérieur de certains établissements. Mais c’était sans compter sur les syndicats des enseignants qui estiment qu’il s’agit d’une atteinte à la liberté des instituteurs.

Rappelons qu’un groupe de travail interministériel, chargé de présenter des propositions opérationnelles et des mesures préventives afin de trouver des solutions à la violence qui gangrène l’école algérienne, a été installé début février. C’est après plusieurs incidents dont certains se sont soldés par des drames que la ministre de l’Éducation et ses partenaires sociaux ont décidé de passer à l’action pour trouver des solutions immédiates à ce phénomène.

Massi M.