A Tébessa, à l’extrême-est du pays, des militants anti-corruption ont formé un collectif citoyen. Malheureusement, ils sont régulièrement menacés de mort, agressés et enlevés pour avoir osé dénoncer les affaires louches et douteuses de plusieurs puissants oligarques, richissimes hommes d’affaires, qui bénéficient de tous les privilèges pour développer leurs business sans respecter la loi et la transparence. Abdou Semmar, le rédacteur en chef d’Algérie-Focus, ouvre ce dossier sensible avec l’un des activistes anti-corruption qui témoigne anonymement après avoir été poignardé et enlevé par des réseaux mafieux dangereux. Des réseaux qui utilisent le « nom », et prétextent la « protection », de certains hauts responsables comme un certain Saïd Bouteflika, frère du Président de la République, ou le général-major Benali, l’un des chefs de l’armée, pour imposer leur diktat aux autorités locales. Explications :