Même s’il ne participe pas aux élections législatives, le parti Talaï El houriyat (avant-garde des libertés) de Ali Benflis ne veut pas déserter la scène politique. A l’issue de la réunion de son bureau politique, le parti fondé en 2012 a diffusé un communiqué dans lequel il dénonce notamment le climat «d’atteinte aux libertés» et «l’arbitraire» qui règne dans le pays.

Talaï El Houriyat indique, dans un communiqué, sa préoccupation devant «l’élargissement de l’arbitraire et de la violence» que le régime exerce «contre toutes les forces vives» qui «dénoncent le marasme» dans lequel se trouve le pays. La formation politique dénonce également «la main» du pouvoir qui «frappe» le droit à la manifestation qui «est un droit constitutionnel».

Advertisement

Le parti d’Ali Benflis explique que «les pratiques arbitraires du système politique sont la résultante de la confusion et l’agitation dont lesquelles se trouve le système en place suite à la crise politique et économique chronique et les graves tensions sociales qui s’accélèrent et dont le champ s’élargit». Pour lui, ces violences sont une preuve de la lutte que se livre le système en permanence pour sa survie.

Essaïd Wakli