Le blogueur Redha Belgasmi, militant des droits de l’Homme et activiste culturel, fondateur et président de l’association Tamazgha Aurès, va comparaître, le 20 mars prochain, devant le tribunal de Sériana dans la wilaya de Batna. Le jeune activiste est accusé d’outrage au président de la République et aux corps constitués.

Les blogueurs continuent d’être traqués. Cette fois, c’est Redha Belgasmi, militant des droits de l’Homme et activiste culturel, fondateur et président de l’association Tamazgha Aurès, qui doit comparaître devant la justice pour avoir critiqué ouvertement sur les réseaux sociaux le président de la République et les institutions de l’État, a fait savoir son avocat Me Kouceila Zerguine.

M. Belgasmi a été auditionné par la police judiciaire d’Ain Djasser (wilaya de Batna), le 15 août 2016. Après quoi, il a été convoqué pour comparaître devant le juge d’instruction près le tribunal de Sériana, dans la même wilaya le 08 janvier 2017, où il a été inculpé pour outrage au président de la République ainsi qu’aux corps constitués. Le jeune blogueur risque une peine d’un an d’emprisonnement, assortie d’une amende de 250.000.00 DA.

Massi M.