Le mouvement de protestation des étudiants en pharmacie ne fléchit pas. Aujourd’hui encore, des dizaines d’entre eux ont tenté de marcher à la place du 1er Mai, à Alger. Finalement, protestataires ont opté pour un rassemblement devant l’entrée de l’hôpital Mustapha Bacha.

Un important dispositif sécuritaire a été déployé à l’occasion. Selon des témoins, il n’y a eu aucune arrestation, mais des heurts entre manifestants et éléments de la police anti-émeute ont failli éclater.

Les revendications des étudiants s’articulent essentiellement autour des aspects pédagogiques et professionnels. Ils réclament notamment la révision de certains de leurs programmes et la disponibilité de plus de postes budgétaires de façon à ce que les diplômés soient embauchés automatiquement. Ce nouveau rassemblement survient près de quinze jours après celui organisé sur les mêmes lieux et durant lequel des policiers avaient usé d’une violence inouïe dont les images, largement diffusées sur les réseaux sociaux, avaient poussé le ministère de l’Intérieur à ordonner une enquête.

Le mouvement de protestation des étudiants en pharmacie dure depuis quelques mois. Certaines facultés sont en grève depuis le mois de novembre. Début février, le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal avait reçu des représentants de ces étudiants. Un communiqué sanctionnant cette réunion avait évoqué la prise en charge de presque la totalité des revendications. Néanmoins, les étudiants avaient jugé les réponses des autorités non satisfaisantes. La protestation se poursuit depuis.

Rappelons que les revendications de ces étudiants s’articulent essentiellement autour des aspects pédagogiques et professionnels. Ils réclament notamment la révision de certains de leurs programmes et la disponibilité de plus de postes budgétaires de façon à ce que les diplômés soient embauchés automatiquement.

Elyas Nour

Notez cet article