Une journée après le limogeage de Messaoud Benagoun de son poste de ministre du Tourisme, le Mouvement populaire algérien (MPA) a réagi dans un communiqué. Le parti d’Amara Benyounès renvoie la responsabilité de la nomination de son militant au gouvernement.

«Trois dossiers de militants ont été proposés au gouvernement. Abdelmadjid Tebboune a retenu «celui de Messaoud Benagoun dont le casier judiciaire et les diplômes seront rendus publics», indique le MPA, qui précise que c’est «par le biais d’un média» qu’il a appris la décision de la présidence de la République.

Plus loin, le parti de Amara Benyounès s’est interrogé sur les «commanditaires de cette machination diabolique» qui «a jeté en pâture l’honneur d’un jeune militant dont le seul crime est de vouloir servir son pays». «Qui sont les commanditaires qui, au nom de la lutte contre la corruption, cherchent à salir un parti politique ?», s’interroge encore le MPA. «Non (…) Messaoud Benagoun n’est pas un corrompu. Si vous cherchez des corrompus, et vous le savez, ils ne sont pas chez nous», indique encore le document.

Le MPA nie également les affirmations selon lesquelles son militant aurait limogé des cadres du ministère du Tourisme une fois nommé responsable de ce secteur.

Il est évident que cette affaire Benagoun cache des dessous pour l’instant insondés et qu’elle dépasse le cadre de la nomination-limogeage d’un ministre. Les jours à venir apporteront certainement d’avantage de clarté.

Rania Aghiles

Notez cet article