Les habitants d’Aïn Abassa, dans la wilaya de Sétif, ont constaté ces dernières semaines, le dépérissement de plusieurs plantations de figuiers de barbarie. Celles-ci ont été ravagées par la «cochenille du cactus», un parasite dévastateur capable de contaminer de vastes territoires. La population locale, mal informée par les services spécialisés, redoute un phénomène de contagion de l’homme et du bétail.

La population de la région d’Aïn Abassa, dans la wilaya de Sétif, a constaté, depuis quelque temps, le dépérissement de plusieurs plantations de figuiers de barbarie. Les plantes touchées prennent une couleur blanchâtre avant de dépérir. Au stade terminal, un liquide rouge-sang se dégage des cladodes (raquettes) à l’écrasement.

Ayant contaminé des plantes dans les pourtours des maisons, le parasite en question a provoqué un vent de panique au sein de la population. N’ayant pas été sensibilisés par les services du ministère de l’Agriculture, les habitants d’Aïn Abassa se sont affolés redoutant une affection pouvant toucher l’homme et le bétail.

Après plusieurs semaines de tergiversation, les autorités ont décidé d’intervenir. «Mieux vaut tard que jamais», affirme Abderazzak, qui a constaté que les plantes de la région ont été contaminées en un temps record.

La cochenille du cactus ne représente aucun danger pour l’homme ou le bétail. Les figues contaminées peuvent  êtres consommées sans danger. Cependant, ce parasite est une véritable menace pour les figuiers sur l’ensemble du territoire national, d’autant plus qu’elle a connu une progression fulgurante ces dernières années, notamment au Maroc.

L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a même établi un plan d’urgence concernant le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Le but étant de prévenir contre l’apparition de nouveaux foyers.

Massi M.

Notez cet article