La crise économique que vit le pays impacte désormais certaines administrations qui se retrouvent dans l’incapacité de verser les salaires de leurs fonctionnaires. C’est ce que met en évidence une note, dont nous détenons une copie, adressée par la direction de l’Université d’Ouargla aux salariés de l’établissement.

Le document justifie les retards enregistrés ces derniers temps dans le versement des salaires de certains fonctionnaires. Il y est noté que «contrairement aux années précédentes où le budget de l’université est versé au début de l’année, l’usage pour cette année 2017 est que le ministère des Finances verse les budgets à chaque fin du mois». Par conséquent, indique encore le document, l’administration «n’a aucun rôle, ni de près, ni de loin» dans les retards que prend le versement des salaires.

Cet état de fait démontre à quel point la situation financière est délicate. Les autorités se trouvent, de plus en plus, en difficulté sur le plan financier. Un fait reconnu récemment par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en personne. «Nous ne pouvons payer que 50% des créances des entreprises de réalisation», avait-il indiqué avant de se réviser deux jours plus tard à Sétif.

Rania Aghiles