Football et communication/ Zetchi veut imposer le black-out   

0
747

Le tout nouveau président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheireddine Zetchi, ne veut plus que des responsables et dirigeants du football national s’expriment sans l’autorisation préalable de l’instance fédérale.

Dans une note adressée «à toutes les structures relevant de la FAF», datée du 8 mai, M. Zetchi leur a signifié que «les déclarations aux différents médias ou la participation à d’éventuelles émissions radio ou de télévision sont soumises dorénavant à une autorisation préalable de la fédération». «Tout manquement à la présente disposition exposerait les contrevenants à des sanctions prévues dans les statuts et règlements en vigueur», ajoute-t-on de même source.

C’est la première fois qu’un responsable d’une structure sportive signe un courrier officiel dans lequel il proclame l’interdiction de parole, même si ces pratiques ne sont pas étrangères à la FAF quoiqu’avant elles n’étaient pas «officielles». Du temps de Mohamed Raouraoua, aucun responsable d’une quelconque structure ne prenait le risque de s’exprimer en public et surtout, de critiquer ses responsables.

M. Zetchi a, quant à lui, opté pour «la manière forte». En tous cas, les responsables des différentes ligues, à commencer par celui de la Ligue de football professionnel (LFP), qui ont été élus par les membres de leurs assemblées, ou même les présidents de clubs, ne vont certainement pas apprécier cette note. M. Zetchi, qui a entamé son mandat sous forte tension, risque de se compliquer d’avantage la tâche.

Elyas Nour