Le nombre des accidents de la route connaît un important bond quantitatif pendant le ramadan comparativement aux autres mois de l’année. Cela représente un taux situé entre 12 et 15 %.

Le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routière, Ahmed Naït El Hocine, a indiqué, hier, sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale, que les accidents de la voie publique ont provoqués le décès de 400 personnes en 2013, 416 en 2014, 523 en 2015 et 494 en 2016. Ceci sachant que le nombre de décès ces dernières années se situe autour de 4000 annuellement (3992 en 2016).

La direction de la protection civile a indiqué, pour sa part, que douze personnes ont trouvé la mort et 26 autres ont été blessées dans plusieurs accidents de la circulation survenus ces dernières 24 heures, premier jour de ramadan, à travers le territoire national. Ahmed Naït El Hocine ne s’est pas attardé sur les causes de cette inflation des accidents durant le mois sacré.

Les services de sécurité font également état d’une hausse du nombre d’agressions, de bagarres et autres délits lors de la même période.

Par ailleurs, les pertes financières liées à ces sinistres s’élèvent, selon le même responsable, à près de 100 milliards de dinars annuellement. Un chiffre faramineux qui comprend, entre autres, les dédommagements des assurances et les prises en charge médicales.

Elyas Nour