C’est un octogénaire que le FLN, premier parti sorti des élections législatives, a choisi comme candidat à la présidence de l’APN. L’ancien chargé de communication de l’ancien parti unique, Saïd Bouhedja, sera sans doute le troisième personnage de l’Etat. Le RND, le second parti de l’Alliance présidentielle, a déjà déclaré son soutien à l’homme choisi par son « rival ».

La présidence de la République a donc déjoué tous les pronostics. Alors que des médias ont annoncé des noms de Tahar Khaoua, ancien ministre, Ghania Idalia ou encore Hadj Laïb comme probables futurs présidents de la chambre basse du parlement, Abdelaziz Bouteflika aurait jeté son dévolu sur Saïd Bouhedja. L’option d’un président issu de l’Est a, selon toute vraisemblance, été retenu.

Eternel député depuis la période du parti unique, Saïd Bouhedja, natif de Skikda, est un homme discret. Ancien moudjahid, l’homme n’est jamais sorti de la ligne officielle. Les journalistes qui l’ont côtoyé durant la longue période où il a occupé la direction de la Communication du FLN, gardent de lui l’image d’un homme calme, mais manœuvrier.

Sauf surprise de dernière minute, Saïd Bouhedja va être installé dans ses fonctions mardi prochain, lors de la première session de la nouvelle assemblée.

Rania Aghiles

Notez cet article