ossein Mersadi, AFP | Les forces de sécurité irananiennes dans les rues de Téhéran après le double attentat visant le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeini, mercredi 7 juin
ossein Mersadi, AFP | Les forces de sécurité irananiennes dans les rues de Téhéran après le double attentat visant le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeini, mercredi 7 juin

L’Etat islamique vient de revendiquer les deux attentats en Iran qui ont fait 12 morts et plus de 35 blessés. les deux attaques ont visé le parlement et le mausolée de l’ayatollah Khomeyni, à proximité de l’aéroport, lieux très symboliques pour les iraniens.

C’est en effet, Aamaq, l’agence d’Information de Daech qui a revendiqué dans un communiqué, les attentats de Téhéran. C’est d’ailleurs la première attaque revendiquée par l’Etat islamique dans ce pays. L’armée iranienne a tout de suite accusé les Etats-Unis et l’Arabie saoudite d’être impliqués dans ces attaques. «Cette action terroriste après la rencontre du président des Etats-Unis avec le chef d’un des gouvernements réactionnaires de la région qui a toujours soutenu les terroristes, est lourde de sens et la revendication par Daech montre qu’ils sont impliqués » lit-on dans le communiqué publié par Isna, l’agence d’information officielle iranienne. Il faut savoir que Téhéran est engagé militairement en Irak et en Syrie. Ce qui a poussé les djihadistes de Daech à lancer des menaces très sérieuses contre le régime perse. De plus, n’oublions pas que ces attaques surviennent au moment où la région traverse une crise politique sans précédent après que les saoudiens, les émaratis, et autres égyptiens ont décidé de rompre leur relations diplomatiques avec le Qatar accusé de soutenir le terrorisme. Selon des médias locaux,  les terroristes se sont déguisés en femmes pour passer inaperçus. C’est vers 11h30, heure locale (8 heures à Alger) que des coups de feu ont été entendus suivis par de très fortes explosions. Suite à cela l’armée d’élite iranienne a lancé un assaut de grande envergure faisant état à la fin de la mort de quatres assaillants. Plusieurs pays ont condamné fermement ces attaques notamment la Russie, l’allié de toujours de Téhéran.