L’icône de la guerre de libération nationale, Djamila Bouhired, s’oppose énergiquement à la réalisation d’un long métrage retraçant sa vie et son combat. Pour elle, ce serait une énième tentative de manipulation et d’instrumentalisation de l’histoire de la guerre de libération par le régime.  

La moudjahida s’est exprimée par le truchement d’un communiqué rendu public hier mardi, pour signifier son opposition ferme au projet de film consacré à sa vie et son combat. Mme Bouhired, a déclaré qu’elle prend l’opinion publique a témoin sur son opposition à cette «entreprise de forfaiture historique».

Intransigeante face à l’entêtement du réalisateur Ahmed Rachedi, connu pour ses liens avec le régime, l’héroïne de la guerre de libération nationale s’insurge contre le pouvoir politique l’accusant d’être derrière une opération de légitimation qu’il compte utiliser pour se pérenniser.

«Un film prétendant relater ma vie et mon parcours militant est en préparation. Commandité par le pouvoir politique, financé sur le budget de l’Etat, il est confié à un cinéaste officiel. Dans un contexte de falsification décomplexée qui tente de tailler une histoire sur mesure à des usurpateurs et des faussaires, cette opération vise, une fois encore, à instrumentaliser la guerre de libération nationale à des fins de légitimation du pouvoir», a-t-elle asséné.

«Malgré mon opposition à la réalisation d’un film qui veut réduire la Révolution au rôle de faire-valoir d’un régime autoritaire, impopulaire et antinational, les commanditaires de ce film ont décidé de passer outre», a-t-elle encore déploré dans le même communiqué.

De son coté, le ministère de la Culture a assuré que personne n’a déposé de scénario ou de projet de film ayant pour thème la vie de Djamila Bouhired, ajoutant que la polémique tourne autour de simple rumeurs.

Massi M.