La grogne gagne les clients d’Algérie Télécom (AT) après la suppression surprenante de l’offre “illimitée” de la 4G LTE, le 25 mai dernier. 

Les réseaux sociaux se sont enflammés suite à cette décision intempestive. Des internautes ont même créé un hashtag #”manchargich”, littéralement “je ne chargerai pas”, pour appeler au boycott des produits d’AT qui a pénalisé par sa décision les abonnés des zones enclavées dépourvus d’ADSL.

Advertisement

L’offre 4G LTE d’AT comptait des forfaits évolutifs qui permettaient aux abonnés de rester connectés avec un débit de 512 ko, même si le forfait s’épuisait avant la fin du mois. Une offre à laquelle la clientèle du groupe s’était habituée avant qu’AT ne décide de changer sa formule sans même en aviser ses abonnés.

Ayant reçu plusieurs plaintes de citoyens qui se sentaient lésés par cette mesure unilatérale, l’association de protection des consommateurs APOCE a pris contact avec l’opérateur afin de tirer cette affaire au clair. Elle indique sur sa page Facebook que la direction d’AT lui a signifié que le contrat signé par les abonnés à la 4G LTE stipulait dans son article 8, que la compagnie a toute la latitude d’effectuer des changements sur ses offres notamment en ce qui concerne le débit sans être obligée d’avertir préalablement sa clientèle. Une demande d’audience avec le directeur général de la compagnie a d’ailleurs été formulée.

En outre, l’association a eu recours à l’ARPT afin qu’elle intervienne pour trouver une solution équitable. Pour l’heure, ces prises de contact n’ont toujours pas abouti.

Massi M.