Après un an et demi de leur « bannissement », les joueurs africains vont revenir dans le championnat algérien de football. Cela se fera suivant de nouvelles règles.

La Ligue de football professionnel (LFP) a fait part, aujourd’hui, sur son site Internet, de sa décision de rouvrir à nouveau le championnat algérien aux joueurs étrangers, notamment ceux originaires d’Afrique subsaharienne. Ce retour est toutefois assujetti à de nouvelles conditions.

Ainsi, pour pouvoir enrôler un joueur étranger, il faut que celui-ci jouisse du statut d’international dans la catégorie des U 21, des olympiques ou de l’équipe A, durant les deux dernières années. La limite d’âge est, quant à elle, fixée à 27 ans à la date du recrutement. Il a également été spécifié que la Fédération algérienne de football (FAF) s’assurera de la qualité d’international du joueur avec son homologue de son pays d’origine.

La LFP a en outre indiqué que les clubs désireux d’engager des joueurs étrangers doivent « disposer des ressources financières à même de leurs permettre d’honorer les salaires de leurs employés dans les délais et en dinar algérien ». Cette condition vise à éviter d’éventuels plaintes auprès de la Fédération internationale de football (FIFA), comme cela a été, à plusieurs reprises, le cas par le passé.

Toujours concernant le paiement des salaires, la LFP exige des clubs employeurs des garanties bancaires portant sur l’équivalent de six mois de rétribution.

La LFP a par ailleurs mis en garde les clubs contre toute transgression des obligations contractuelles prises en total respect des lois de la FAF et de la FIFA.

L’instance de Mahfoud Kerbadj exige également des joueurs concernés de se soumettre à la visite médicale d’usage et exige une copie de l’examen dans le dossier déposé auprès de ses services.

L.R.

Notez cet article