Ces sept dernières années, l’ETRHB d’Ali Haddad aurait réceptionné 51 833 milliards de centimes de crédits pour la construction de grandes infrastructures. La quasi-totalité de ces projets n’a pas été achevée et certains n’ont même pas encore démarré.  

Pour réaliser des projets qui n’ont pour la plupart jamais vu le jour, le patron de l’ETRHB, Ali Haddad, a reçu des crédits astronomiques depuis 2010, rapporte le journal en ligne AljazairAlyoum disant se baser sur des documents. L’entreprise d’Ali Haddad a, selon le journal, a reçu 42698 milliards de centimes depuis 2010 pour la réalisation de projets d’infrastructures. En sept ans, rien ou presque n’a été fait. Avec la nomination d’Abdelmadjid Tebboune à la tête de l’exécutif et la redistribution des cartes au sommet du pouvoir, l’ETRHB a été sommé à plusieurs reprises, cette semaine, de tenir ses engagements et achever les travaux sur certains chantiers.

En outre, le patron de l’ETRHB, qui entretenait jusque là de très bons rapports avec la Présidence, a bénéficié de privilégiés très importants, notamment en termes d’avance de financements. Selon AljazairAlyoum, son entreprise a encaissé depuis 2011, la somme de 9135.8 milliards de centimes pour démarrer des projets qui ont depuis été laissés en jachère. Certains d’entre eux ont été confiés en sous-traitance à des entreprises portugaises, espagnoles, italiennes, chinoises et turques.

Cet argent, à l’origine destiné à financer des projets de construction de routes, de chemins de fer et de stations de péage sur l’autoroute Est – Ouest, semble, à en croire AljazairAlyoum, avoir pris une autre direction.

Massi M.