La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH-organisation officielle), Fafa Benzerrouki Sid Lakhdar, a révélé que l’Algérie a dépensé 1,2 milliard de dinars (120 milliards de centimes) pour rapatrier des migrants subsahariens.   

En marge d’une journée d’étude organisée à l’occasion de la journée internationale contre la traite d’êtres humains, la présidente du CNDH a révélé que l’Algérie a dépensé 80 milliards de centimes, entre 2014 et 2016, pour rapatrier un total de 6 000 enfants et 18 000 femmes subsahariennes.

L’intervenante a par ailleurs indiqué que les autorités algériennes prévoient de débloquer 40 milliards supplémentaires pour rapatrier d’avantage de migrants.

Concernant la lutte contre la traite des êtres humains,  Mme Sid Lakhdar a soutenu que l’Algérie a de tout temps veillé à enrichir son arsenal juridique pour se prémunir contre ce «fléau totalement étranger à sa culture et à sa société». «Pour ce faire, un chapitre spécial a été inclu au Code pénal révisé en 2009», a-t-elle souligné, ajoutant qu’une commission nationale consacrée à lutte contre la traite des êtres humains a été créée en 2016.

Massi M.  

Notez cet article