C’est une bien grosse pierre que le Directeur général de la sûreté nationale, Abdelghani Hamel, a jeté dans le jardin d’Ahmed Ouyahia et d’Abdelkader Messahel. En assurant que les migrants subsahariens observent un comportement conforme à la loi, il jette le discrédit sur les affirmations, jugées racistes, des deux hommes.

En déplacement à la cité des Bananiers, à l’est d’Alger, ce lundi, pour inaugurer un commissariat, le patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, a affirmé qu’aucune infraction à la loi de la part des migrants subsahariens n’a été enregistrée. Pour lui, la décision d’expulsion dont ils sont l’objet est « purement politique et n’engage que les politiques ».

Le DGSN a, en outre affirmé, que si des dépassements provenant des migrants venaient à être enregistrées, des mesures seront prises.

Rappelons que le chef de cabinet de la Présidence, Ahmed Ouyahia, avait fustigé les migrants subsahariens, les accusant de constituer des réseaux criminels de divers trafics, notamment de drogue. Le chef de la diplomatie algérienne était allé encore plus loin, en les qualifiant de vecteurs du terrorisme.

R.I.