Alors que les enfants de familles aisées prennent la direction de l’étranger pour leurs vacances, ceux des familles pauvres meurent dans des plans d’eau dénués d’équipements et mal protégés.

Les plans d’eau, à l’instar des barrages et des étangs, seul moyen pour les enfants des familles indigentes, notamment des régions intérieures de s’offrir quelque peu de fraîcheur en cet été caniculaire, continuent de faucher des vies à tour de bras.

Ainsi, en 24 heures seulement, la Protection civile a recensé sept cas de noyades: deux à Djelfa et Mila, un cas à Tiaret, Batna et Tizi Ouzou.

Depuis début juin, ce sont pas moins de 30 cas de noyade qui ont été recensés dans l’ensemble du pays.

L.R.

 

Notez cet article