Le terrorisme a de nouveau frappé et en Espagne cette fois-ci. Il frappera encore demain et le jour d’après. Et on ne sait jamais avec précision où il pourrait frapper pour faire encore plus de victimes innocentes.

L’islam, en tant que religion, et Dieu ne sont pas responsables des crimes abjects commis en leur nom. Aucune religion dans le monde, l’islam compris, n’appelle au meurtre de son prochain. Les meurtres, les crimes et autres assassinats sont le propre de l’homme dans sa folie.

Le terrorisme islamiste, l’islamisme, le fondamentalisme islamiste, le djihadisme islamiste, les appellations importent peu d’ailleurs, trouvent leur origine historique récente dans la guerre d’Afghanistan menée à la fin des années 80 par les Américains pour combattre les Russes. Les musulmans du monde entier -ou les islamistes et autres frères musulmans si vous préférez- ont été mobilisés par les Américains autour de Ben Laden et compagnie pour combattre les communistes en terre d’islam. Nous avons relevé par la suite, après le départ des russes d’Afghanistan, ce qui en a suivi. Grandeur et décadence, feu et sang à ce jour. Ce constat est également valable pour de nombreux autres pays ayant fait l’objet d’interventions militaires de puissances venues secourir des populations menacées.

La France sous Sarkozy a bien planifié et conduit une intervention militaire en Libye pour protéger les populations contre les méfaits du dictateur Kadhafi avec la complicité et la bienveillance de l’Europe ainsi que de l’Otan. Le résultat est bien observable aujourd’hui. Tous les pays du Sahel et d’Afrique de l’Ouest sont à feu et à sang et la menace pèse toujours sur l’Afrique du Nord avec des extensions sur l’Europe du Sud notamment.

Je constate aussi que les organisations islamistes internationales sont dans leur majorité établies et domiciliées à Londres où elles activaient il y a très peu de temps dans une totale liberté. Est-ce un hasard géographique ?

D’autre part et concernant mon pays, l’Algérie, qui a lutté seul contre les hordes terroristes, ces derniers trouvaient souvent refuge dans des pays qui étaient malheureusement Européens: France, Espagne, Belgique et Allemagne notamment.

Des armes et explosifs ont été fournis aux terroristes et ces instruments de la mort ont traversé toute l’Europe pour finalement arriver en Algérie en passant par l’Espagne et le Maroc. Je ne tire aucune conclusion, mais les faits sont têtus et resteront gravés à jamais dans l’histoire récente de mon pays.

Le terrorisme est devenu aujourd’hui le mal universel du siècle qu’il faut à tout prix combattre avec tous les moyens disponibles. J’estime toutefois qu’il est extrêmement dangereux que chaque pays tire la couverture sur lui pour l’ajuster à sa guise et ce sans se soucier des conséquences sur les autres pays voisins ou partenaires. Tous les pays du monde doivent agir de concert et en parfaite harmonie, si nous voulons nous débarrasser de manière définitive de ce fléau qui n’épargne personne.

Les services spéciaux et de renseignement, qui sont en première ligne dans le combat contre le terrorisme, doivent changer d’attitude et fonder leurs stratégies sur l’action à l’international. Les stratégies nationales et étroites des services spéciaux à travers le monde sont à revoir fondamentalement et radicalement. Les logiques des services spéciaux fondées sur la théorie des dominos et autres jeux d’échec ont déstabilisé l’ensemble de la planète et chacun portera la responsabilité devant l’histoire de l’humanité.

L’organisation des états et en particulier pour ce qui a trait au déploiement de leurs systèmes de défense et de sécurité doivent être revus et corrigés. Le monde est à reconstruire en s’y prenant autrement que ce que nous avons fait jusqu’à maintenant. Des zones de tension et de conflits au Proche et Moyen-Orient ainsi qu’en Afrique persistent toujours et demeureront des accélérateurs au phénomène du terrorisme à travers le monde. La responsabilité de tous les pays est engagée et le rôle des institutions internationales devra être rétabli et renforcé pour plus d’efficacité.

Le rôle des grandes nations de ce monde est primordial pour l’avenir de l’humanité. Ces nations doivent renforcer et rétablir le rôle des institutions et organisations internationales et non les asservir. C’est le prix à payer pour plus de paix et de sérénité dans le monde.

Abdeldjelil Labdi