De plus en plus gênés par la qualité de service de l’Entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger (ETUSA), les transporteurs privés n’hésitent plus à s’adonner à de véritables opérations de harcèlement à l’encontre des employés de la compagnie publique.

Les chauffeurs et receveurs de l’ETUSA, assurant le service au niveau des communes de l’est de la capitale, se plaignent du harcèlement exercé par les transporteurs privés. Les provocations, les insultes et les menaces sont en effet leur lot quotidien.

Advertisement

Il faut dire que la récente décision d’ouvrir de nouvelles lignes pour relier, entre autres, les communes de Réghaïa, Aïn Taya et Rouiba, est perçue comme une véritable atteinte à leur monopole par les transporteurs privés.

Poussant l’outrecuidance jusque dans ses ultimes retranchements, ces derniers  menacent même d’entrer, prochainement, en grève pour protester contre ce qu’ils qualifient…d’anarchie dans l’octroi de nouvelles lignes à l’ETUSA.

L.R.