Deux anciennes fourgonnettes aménagées avec goût, des frites préparées à la « hollandaise » et des boissons fraîches. Tels sont les ingrédients simples et ingénieux qui ont permis à un jeune algérien d’animer l’entrée du Tunnel des Facultés au centre d’Alger. Cet endroit, jadis morne, a retrouvé des couleurs et de la joie. Mais la bureaucratie de la wilaya d’Alger en a décidé autrement. 

Fort d’une autorisation délivrée par l’APC d’Alger-centre, notre jeune homme pensait avec les coudées franches pour travailler en toute sérénité. Mais c’était compter sans les bureaucrates. Ainsi, le wali d’Alger, pour des raisons obscures, a décidé de briser le rêve de notre jeune compatriote. Il a tout simplement décrété son activité indésirable, le sommant de quitter les lieux.

En agissant de cette manière, le wali d’Alger, incapable par ailleurs de régler les vrais problèmes des citoyens en matière d’hygiène, de stationnement, d’ordre,  etc, démontre qu’il n’a aucune compétence à gérer une ville qui aspire à devenir une métropole méditerranéenne accueillante et animée. Et à travers l’humiliation infligée au maire d’Alger-centre, il démontre que dans le système institutionnel algériens, que le bureaucrate a la primauté sur l’élu.

L.R.

Notez cet article