L’Algérie consomme près de 15 millions de tonnes de carburants routiers. En attendant la réalisation de raffineries, la facture de l’importation de gasoil et d’essence est d’un milliard de dollars. 

« L’Algérie consomme aujourd’hui prés de 15 millions de tonnes de  carburants routiers dont plus de 350.000 tonnes de GPL, ce qui est très en deçà des objectifs fixés », a observé la secrétaire générale du ministère de l’Energie, Fatma Zohra Cherfi, lors d’une conférence sur la promotion de l’utilisation de ce type de carburant. A ce propos, elle a rappelé l’objectif de convertir 30% du parc automobile à motorisation essence en 2030.

Selon les chiffres communiqués par Mme Cherfi, l’Algérie importe annuellement trois millions de tonnes d’essence et de gasoil pour une facture d’importation de plus d’un (1) milliard de dollars. « Il faut arrêter l’importation », a-t-elle  lancé en exhortant Naftal à  redoubler d’efforts en matière de fabrication des kits et à assurer la disponibilité du GPL/C au niveau des stations-service.

Rappelant que deux raffineries d’une capacité de production de cinq millions de tonnes chacune sont attendues pour 2020. Elle a, toutefois, considéré que d’ici là, il fallait  lever certaines contraintes dont la non disponibilité du GPL au niveau de toutes les stations-service et les longs délais d’installation des kits.

Pour sa part, le directeur chargé des activités économiques au niveau de  l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH), Samir Houguelaouène, a indiqué que la consommation en essence et gasoil baisserait de 4% en cas de nouvelle augmentation des tarifs de ces carburants.

Il a ainsi estimé que le maintien du prix du GPL à 9 DA et l’augmentation des prix des autres carburants engendreraient une augmentation de la consommation du GPL à 500.000 tonnes.

Le même responsable a d’ailleurs constaté que la mise en œuvre de la nouvelle tarification des carburants depuis janvier 2016 s’est traduite par une nette croissance de la consommation du GPL qui est passée à 350.000  tonnes en 2016, en hausse de 28%, alors que la consommation des autres  carburants a enregistré une baisse de 2 à 3%.

260.000 véhicules seulement en GPL

Présent à cette conférence, le PDG par intérim de Naftal, Rachid Nadil, a affirmé l’engagement de son entreprise en matière de promotion et de  généralisation de l’utilisation du GPL/C à travers des actions portant, notamment sur la réduction de délai de réponse à la demande de conversion à 10 jours au niveau de toutes les wilayas à l’exception d’Alger où cette  opération prend quelques heures. Le délai moyen pour répondre à la demande est passé de 98 jours en 2016 à 21 jours en 2017.

L.R.

Notez cet article